Devenir membre

Toutes les personnes intéressées par la faune valaisanne, sa protection et sa gestion peuvent devenir membre de fauna•vs ! 

Devenir membre

Nos voisins sauvages Valais

Voisins sauvages recherchés — participez et annoncez vos observations!

Site web "Nos voisins sauvages Valais"

Société valaisanne de biologie de la faune

Créée en 1998 par des zoologues valaisans, un des principaux objectifs de l'organisation bilingue est d'informer la population valaisanne sur les richesses de la faune des vertébrés sauvages (poissons, amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères) vivant dans le canton, ainsi que sur les différents problèmes inhérents à sa protection et/ou à sa gestion.

 

Actuel

Hérisson en danger

L’objectif de cette phase initiale est l’étude de l'occurrence des hérissons dans les villes de Brig-Glis, Sion, Martigny et Monthey à l'aide de tunnels à traces placés dans des jardins privés et les parcs. Il s'agit de petits tubes munis de feuilles de papier et d’encre. Lorsqu’un un hérisson le traverse, il y laisse des empreintes de pattes qui trahiront sa présence. La gestion des tunnels à traces sera prise en charge par des bénévoles. En parallèle, la population de l’ensemble du canton est invitée à transmettre ses observations de hérissons sur la plateforme Nos voisins sauvages Valais

Détails

Nouveau projet "Nos voisins sauvages Valais"

Paysages de montagne, forêts, paysages naturels et culturels, plans d’eau et zones urbaines. Le canton du Valais présente une étonnante diversité d’habitats dans lesquelles une grande variété d’animaux vivent. Mais nous savons peu de choses sur la présence et la répartition de ces voisins. Le projet « Nos voisins sauvages Valais » veut changer cela avec le soutien de la population.

Détails

fauna•vs info N° 36

Contenu: Sur la trace de l’ours en Valais: entre histoire et biologie; Rapaces électrocutés: 2500 signatures; La nouvelle correspondante régionale du RCVS; La nouvelle loi sur la chasse est clairement rétrograde; Chasse aux trophées de bouquetin: et la biologie?; Repeuplement artificiel des cours d’eau; La chasse traditionnelle à l’Ortolan; Gypaète barbu 2018: Monitoring et reproduction.

Détails

Chasse aux trophées de bouquetin: et la biologie?

Les séquences de tirs de bouquetins, diffusées par Mise au Point le 3 novembre dernier, ont choqué de larges cercles. Le bouquetin est placide et se laisse facilement approcher: il n’y a donc aucun mérite à abattre un tel animal. Mais au-delà des réactions émotionnelles, fort compréhensibles, suscitées par cette pratique bien valaisanne, posons-nous la question de son impact biologique. Est-elle ou non durable du point de vue cynégétique? Le tir de bouquetins mâles âgés a-t-il des implications sur la démographie et la reproduction de l’espèce?

Détails

Rapaces électrocutés: 2500 signatures

Le 30 septembre 2019, fauna.vs (Société valaisanne de biologie de la faune) a été accueilli par le président du Conseil d’Etat valaisan, Roberto Schmidt, au Palais du gouvernement, à Sion. Une délégation de fauna.vs lui a remis une pétition avec 2500 signatures qui demande que les pylônes électriques qui tuent les grands rapaces en Valais soient enfin assainis.

Détails

Bulletin fauna•vs N° 35

Contenu: Exposition au plomb: une situation alarmante pour les rapaces dans les Alpes; La recherche clarifie la question des loups dits «hybrides»; Pétition pour que les réseaux électriques valaisans soient enfin assainis; La disparition des insectes; Aigle royal et éoliennes: nouveau projet de recherche; Réseau Chauves-souris Valais: rapport d’activité 2018; Journée internationale d’observation du gypaète barbu.

Détails

Encore un rare hibou grand-duc tué par un pylône électrique

Le hibou grand-duc est un rapace nocturne rarissime en Valais. Alors que l’espèce était quasiment éteinte dans les années 1960-70, on compte actuellement une dizaine de couples nicheurs dans le canton. Un couple s’était installé dans les années 1980 dans la région de St-Léonard, mais les deux partenaires avaient été retrouvés morts électrocutés dix ans plus tard, en 1996.

Détails

Lagopède et tétras lyre: victimes d’un mode de chasse inadapté

Le lagopède et le tétras lyre déclinent en Valais mais on continue de les chasser de manière inadaptée: réponse lénifiante de l’Etat du Valais à un postulat parlementaire.

Détails

Thèmes

Mammifères

Les mammifères comprennent les insectivores (hérissons et musaraignes), les chauves-souris, les lagomorphes, les rongeurs, les prédateurs et les artiodactyles. Même si les chauves-souris et les grands carnivores sont des mammifères, un chapitre distinct leur est consacré.
Détails

Chauves-souris

Seuls mammifères capables de voler activement, les chauves-souris sont des animaux discrets. Toutes les espèces sont protégées en Suisse et 27 d’entre-elles vivent en Valais. Le rapport d’activité annuel du Réseau Chauves-souris Valais est publié dans le bulletin «fauna•vs info».
Détails

Grands prédateurs

Grâce à leur statut de protection et à de meilleures conditions d'habitats, les grands prédateurs (loup, lynx et ours) reviennent en Suisse. Le loup en particulier fait l'objet d'un débat émotionnel en Valais. En tant que biologistes, nous essayons d'objectiver la discussion et d'argumenter sur des faits scientifiques.
Détails

Oiseaux

La faune aviaire du Valais est extrêmement variée. Notre canton abrite des populations de nombreuses espèces devenues rares dans le reste de la Suisse, comme par exemple la huppe fasciée, le petit-duc scops ou encore le crave à bec rouge. Le maintien de ces populations passe par la protection de leurs habitats.  
Détails

Gypaète barbu

Le gypaète barbu a été persécuté sans relâche jusqu’à sa disparition des Alpes au début du 20ème siècle. Réintroduits, les gypaètes barbus se reproduisent à nouveau avec succès dans les Alpes et en Valais. Les rapports du Réseau Gypaètes Suisse occidentale sont publiés dans le bulletin fauna•vs info.
Détails

Reptiles

Les lézards et les serpents sont des reptiles. Les deux espèces de lézards les plus communs en Valais sont le lézard des murailles et le lézard vert. L’orvet est également un lézard. L’espèce de serpent la plus fréquente en Valais est la vipère aspic.  
Détails

Amphibiens

Les amphibiens se divisent en deux grandes catégories: les urodèles (tritons et salamandres) et les anoures (grenouilles et crapauds). L’amphibien le plus fréquent en Valais est la grenouille rousse. La grenouille rieuse, introduite en Suisse, est une espèce considérée comme invasive. Elle représente une menace pour les espèces indigènes.  
Détails

Poissons

Seules deux espèces de poissons survivent actuellement dans le Rhône : la truite et le chabot. Ce constat est effrayant sachant que cette situation n’est qu’un pâle reflet de la faune diversifiée d’antan (plus de dix espèces étaient autrefois considérées comme indigènes). La troisième correction du Rhône représente une opportunité d’amélioration de l’habitat pour la faune piscicole.  
Détails

Biodiversité

En raison de sa topographie diversifiée, le Valais abrite une faune et une flore très riches. Cette biodiversité est, dans notre canton comme dans le reste du monde, menacée. Ce n'est qu’à condition de préserver les biotopes existants et de créer un réseau d'habitats de grande valeur écologique que le Valais restera un haut lieu de la biodiversité.  
Détails

Chasse

La chasse exerce une influence directe sur la faune, en particulier sur les populations d’ongulés : chamois, cerfs, chevreuils et bouquetins. En Valais, d’autres espèces dignes de protection sont également chassées, à l’instar du tétras-lyre ou du lagopède. fauna·vs s’engage pour une chasse durable basée sur des critères scientifiques et sur la biologie de la faune.  
Détails